6. SASHA "MAITRE DE MUSIQUE"

Pour pratiquer sa religion de la musique, Sasha était avant tout violoniste puis, volontiers, chef d'orchestre mais, malgré les conseils d'Eugene Ormandy, pourtant orfèvre en la matière, il refusa toujours d'abandonner le violon pour se consacrer à la baguette. Il appréciait la position de chef invité mais redoutait les conflits, classiques, entre un orchestre et son chef permanent.
En revanche, il avait la passion d'aider les jeunes, solistes débutants ou futurs musiciens d'orchestre. Je me rappelle un concert dirigé par Sasha, où un jeune violoniste, devenu depuis une vedette internationale, rencontrait quelques problèmes avec un concerto de Mozart, et Sasha de nous dire, à la sortie:"Je crois que je l'ai bien aidé".
On verra plus loin (14/3) comment la carrière internationale de Glenn Gould avait commencé par l'entremise de Sasha. Il est aussi associé aux débuts de Murray Perahia, en 1967 à Marlboro avec Pablo Casals et Rudolf Serkin, puis sous sa direction à Carnegie Hall en 1968.
C'est à Sasha que Madame Serkin, femme de Rudolf et fille d'Adolf Busch demanda de l'aide pour convaincre son mari que leur fils Peter devait non seulement étudier la musique mais aussi le piano. C'est sous la direction de Sasha que Peter Serkin fit, en 1959, à l'âge de 12 ans, ses débuts à Marlboro puis à New York. Sasha devait d'ailleurs suivre la carrière de Peter Serkin avec qui il enregistra les 6 concertos de Mozart de 1784, enregistrement nominé aux Grammy Awards et qui a obtenu le « Deutsche Schallplatten » et le « Best Recording of the Year ».

Il faudrait encore citer Richard Stolzman, Pinchas Zukerman, Shlomo Mintz, Gil Shaham, Yo Yo Ma et tant d'autres auxquels, un jour ou l'autre, d'une façon ou d'une autre Sasha a mis le pied à l'étrier. Combien de musiciens des plus grands orchestres américains se réclament, aujourd'hui encore, de leurs débuts sous la direction de Sasha!