3. AVEC PABLO CASALS à PRADES (1950)

Sasha  connaissait  Pablo  Casals  depuis  1930. Il l'avait rencontré  à  Francfort  où Casals avait joué le concerto en  ré  majeur  de  Haydn  et celui  de  Dvorak ainsi que la Suite en ré majeur de Bach.
En 1947, à l'occasion d'une tournée en Europe avec Ralph Kirkpatrick et sur les conseils de son ami Diran Alexanian, grand professeur de violoncelle qui avait été l'assistant de Casals à l'Ecole Normale de Musique de Paris de 1921 à 1927 , Sasha    se rendit à Prades où Casals s'était retiré en raison de son opposition absolue au régime de Franco.
A cette époque, Sasha travaillait les Sonates et Partitas pour violon seul de Bach et désirait vivement recueillir les conseils de Casals sur leur interprétation. Au cours de trois jours passés à Prades, chacun des deux hommes produisit sur l’autre une profonde impression. « Notre rencontre fut le début d’une précieuse amitié et d’une des plus fructueuses relation de travail de toute ma carrière. Sasha n’était pas seulement un éclatant musicien, c’était aussi un remarquable organisateur, débordant d’idées et de projets musicaux. J’étais particulièrement séduit par la vivacité de son humour et ses enthousiasmes passionnés. Parfois, pendant qu’il parlait, ses cheveux en bataille semblaient s’animer et j’avais l’impression que son corps devait avoir du mal à ne pas se disperser tant l’énergie qui l’animait était grande. » (P.Casals)
De retour à New York, au cours d'une conversation avec Alexanian et le pianiste Mieczyslaw Horszowski, il fut décidé d'offrir à Pablo Casals, pour son anniversaire, l'édition complète des œuvres de Bach de la "Bach Gesellschaft". Les trois compères écrivirent alors à tous les amis de Casals pour leur demander leur participation financière et leur autographe. Le 30 juillet 1948, Casals reçut une caisse contenant  45 volumes dont le premier contenait cette dédicace: "A Pablo Casals. Quelques uns de ses amis, collègues et fervents adeptes se sont permis d'offrir ce modeste témoignage de leur affection, de leur vénération, de leur admiration et de leur reconnaissance." Suivaient les signatures d'Ernest Bloch, Jascha Heifetz, Paul Hindemith, Ralph Kirkpatrick, Serge Koussevitzki, Wanda Landowska, Dimitri Mitropoulos, Gregor Piatigorsky, Arthur Rubinstein, Arthur Schnabel, Alexander Schneider, Rudolf Serkin, William Steinberg, Leopold Stokowski, Joseph Szigeti, Arturo Toscanini, Bruno Walter… pour ne citer que les plus lisibles!
Au printemps 1948, Madame Elizabeth Sprague Coolidge, richissime mécène qui avait une grande admiration pour Casals, engagea Sasha pour une série de 20 récitals des Sonates et Partitas, payés d'avance pour lui permettre de retourner à Prades travailler ces œuvres avec le Maître.
Sasha passa ainsi 3 semaines auprès de Casals au cours de l'été 1948 et mesura la solitude dramatique de ce musicien de génie volontairement coupé du monde. Il promit alors à un Casals, heureux mais dubitatif, de revenir l'année suivante avec quelques amis, étudier et faire de la musique de chambre avec lui.
En juin 1949, après avoir joué les  Sonates et Partitas à l'Ecole Normale de Musique, à Paris, Sasha revint effectivement à Prades avec Adolph Rebner, son ancien professeur de violon à Francfort qui rêvait de rencontrer Casals, l'altiste Milton Thomas, et deux violoncellistes, anciennes élèves de Casals, Madeline Foley et Zara Nelsova. Ce furent 7 semaines de musique ininterrompue.
 La veille du départ de Prades coïncidait avec la fête du 14 juillet et Pablo Casals invita Sacha à dîner pour lui faire ses adieux. Sasha proposa à Casals de venir en Amérique où tous ses amis le réclamait, mais Casals répondit que sa conscience lui interdisait de donner un concert dans un pays qui reconnaissait le régime de Franco en Espagne. C'est alors que Sasha repensa à la suggestion que lui avait faite, quelques mois auparavant à New York, Mieczyslaw Horszowski d'organiser un Festival à Prades, l'année suivante, à l'occasion du 200ème anniversaire de Bach:" Puisque vous ne voulez pas venir à nous, c'est nous qui viendrons à vous" . Casals répondit: " J'accepte, si vous venez à Prades".
C'est ainsi que, le soir du 14 juillet 1949, le premier Festival de Prades a été conçu!

Pendant un an Sasha, qui se produisait en concert avec le New York Quartet, jouait les Sonates et Partitas de Bach ainsi que, avec Ralph Kirkpatrick, les Sonates de Mozart, se dépensa sans compter pour organiser le Festival, créant un comité d'organisation, trouvant des mécènes, et proposant à Casals programmes et interprètes.
Le Festival, qui se déroula du 1er au 20 juin 1950, eut un succès extraordinaire malgré les conditions matérielles souvent difficiles. Les ressources de la petite ville de Prades n'étaient pas  au niveau des interprètes et du public, attirés par la "résurrection" de Pablo Casals. L'acoustique de l'église Saint Pierre était déplorable, quant aux répétitions et aux enregistrements, il fallait se contenter du réfectoire de l'école! Mais, grâce au dévouement de chacun, tout se passa bien. Pendant le Festival, l'orchestre donna une réception en l'honneur de Sasha qui fut particulièrement ému quand  Pablo Casals lui dit " C'est vous, Sasha, qui avez pris pitié de mon silence".
Seul bémol, Doda Conrad dans ses Mémoires a cru pouvoir écrire que:" Schneider était en quelque sorte le mauvais génie de Casals, changeant l'or en boue." Ces propos stupéfiants  trouvent, sans doute, leur origine dans la colère (compréhensible) éprouvée par leur auteur, lorsque la Columbia prétendit exiger de Casals que le Concerto en fa mineur de Bach (et non celui en ré mineur comme l'écrit Conrad), que Clara Haskil avait interprété au concert, soit enregistré par… Rudolf Serkin. Mais Sasha n'était pas responsable du fait que, si Casals avait eu Clara Haskil comme partenaire dés 1926, le président de Columbia Records, lui, ne la connaissait pas …! Doda Conrad ignorait sans doute que même Dinu Lipatti n'avait pu réussir à convaincre la Columbia de s'intéresser à la grande pianiste. En revanche, sans l'habileté de Sasha à susciter le mécénat, avec, précisément, une participation importante de la Columbia, le Festival de Prades n'aurait jamais vu le jour et n'aurait pas donné à Clara Haskil l'occasion d'y rencontrer Arthur Grumiaux. En définitive, l'enregistrement eut bien lieu avec Clara Haskil le 6 juin. Quoique affectée par cet incident, elle écrivait le 28 juin:" Les semaines à Prades m'ont presque rendue malade à force d'être émouvantes. Ce fut d'une beauté inimaginable et il faut les avoir vécues pour savoir à quel point l'atmosphère de tout ce festival a été une chose unique".
La conclusion, sans appel, appartient à Isaac Stern:" C'est le violoniste Alexander (Sasha) Schneider qui a été le seul responsable de la réapparition de Pablo Casals sur la scène musicale."
Sasha participa au 2ème Festival (Bach, Mozart, Beethoven) organisé en 1951 à Perpignan, puis au 3ème, à Prades en 1952, mais démissionna le 2 septembre 1952:
" J'aurais continué s'il avait été possible de le faire en toute sincérité comme avant, sans compromis, mais ce n'était pas possible". Sasha adorait vivre en France, mais, il ne partageait pas notre goût pour les petites querelles politiciennes. Cette séparation fut très pénible pour Casals comme pour Sasha et pendant 2 ans ils ne se revirent pas.